Je viens tout juste de lire un article intéressant concernant un article paru sur libération l'an passé et qui concernait les rumeurs de rachat de Danone par Pepsi co.

Le gouvernement qui, qui s'était saisi du dossier une question fondamentale : quelle justification à un interventionnisme d'Etat dans ce cas ?
Sauf à penser que la production de yogourts relève des intérêts stratégiques de la France, on pourrait plutôt penser à du protectionnisme mal placé.
On sait avec le recul que finalement, il ne s'agissait que de rumeurs. Peut être dans le but de définir véritablement une doctrine en la matière ?

Il est assez amusant de constater les effets d'une telle annonce l'an passée. En effet, dans l'autre sens, les reactions d'hostilité sont plus rares: qui se plaint qu'Alcatel fusionne avec Lucent (en détenant 60 % de l'ensemble) ?

Il serait temps pour nos gouvernants de réaliser que la mondialisation est inexorable. Accepter les règles du jeu est une condition sine qua non pour en tirer partie.

L'Etat doit avant tout définir une doctrine, lister les véritables activités stratégiques et surtout appliquer ce qui en découle ensuite !

On trouvera amusant par exemple de constater que la seule réponse  trouvée pour protéger un groupe privé (Suez) ait été de vouloir le marier avec le gazier national ! Pour soit-disant sécuriser les approvisionnements énergétiques.
Qu'on m'explique comment : le nouveau groupe formé ne disposera de champs en propre qu'en faible proportion. Enfin, le conseil constitutionnel vient d'imposer de fait la libéralisation des prix pour GDF (et donc EDF), en respect des accords européens, pour le 1er juillet 2007 !

Voila donc le résultat d'une intervention hâtive, et sans vraie logique stratégique...